Avril 1940, tout s'accélère

Les gouvernements européens fuient l'avancée allemande.

En avril 1940, la grande-duchesse de Luxembourg, sa famille, les principaux membres de son gouvernement et 70 000 Luxembourgeois prennent le chemin de l'exil. 50 000 réfugiés hollandais et deux millions d’évacués belges viennent s’ajouter aux millions de Français qui cherchent à gagner le sud de la France.

La population de Bordeaux, du nombre de 300 000 personnes avant le 10 mai, dépassa 700 000 à la fin du mois, voire beaucoup plus. Le nombre de réfugiés en attente de visa devant le consulat du Portugal augmente chaque jour. Lisbonne reste le seul port d’Europe de l’Ouest ouvert, avec des liaisons vers les Amériques, le Moyen-Orient et l'Afrique.

 

Télégramme de demandes d’autorisation de visa
Aristides de Sousa Mendes, 1940. ©Famille de Sousa Mendes
 

S'il ne peut accorder de visas à des « gens indignes », il en accorde aux nombreuses personnes qui ne sont pas concernées par la circulaire no14, les non-juifs américains, belges, français, anglais et hollandais.

Mais le 24 mai 1940, Salazar envoie une nouvelle circulaire n'autorisant plus aucun visa sans autorisation préalable du ministère et de la PVDE (police de vigilance et de défense de l’État). Aristides continue comme si de rien n'était. Le 21 mai il demande de nouvelles autorisations. Salazar répond : « respect de la circulaire no14 ! »

La Belgique et la France dévastées

Le 20 mai, arrivent à la gare Saint-Jean de Bordeaux, en provenance de Bruxelles, Isabel la fille d’Aristides, son époux Jules d’Août, leur enfant âgé de deux ans Manuel et deux de leurs amis diplomates. Ils racontent la Belgique et la France dévastées par les bombardements, leur périple pour rejoindre Bordeaux, et le sort réservé aux Juifs et aux réfugiés.

Au consulat, devant lequel campent de nombreux réfugiés, le nombre de demandes quotidiennes se chiffre à plusieurs centaines. Aristides est contraint de ne pas y répondre, même s'il commet « quelques irrégularités ».
Fin mai, la police portugaise des frontières intercepte 17 Belges porteurs de visas non autorisés et des Polonais munis de faux passeports, tous établis par Aristides.
Il persiste à concéder quelques visas non autorisés, demandant ensuite les autorisations par télégramme sans attendre les réponses qu’il sait négatives. Cependant, le nombre de réfugiés et les demandes de visas ne cessent de croître.

La guerre devient mondiale

Le 10 juin 1940 l’Italie, alliée de l'Allemagne, déclare la guerre à la France et à la Grande-Bretagne.

 D'origine polonaise, Haïm Kruger est rabbin à Bruxelles. Il fuit la capitale belge avec sa femme Cilla, ses enfants âgés de 4 à 12 ans et une partie de la communauté juive, après les bombardements du 10 mai 1940.
Haïm Kruger accoste un homme dans la rue et lui demande l'adresse du consulat du Portugal.
« Pourquoi cherchez-vous le consulat ?
- Parce qu'on m'a dit qu'on pouvait y obtenir des visas pour rejoindre le Portugal puis aller vers le nouveau monde.
- Le consul du Portugal, c'est moi-même.

La conversation se poursuit dans la rue.
- Où habitez-vous, M. le rabbin ?
- Ici sur la place des Quinconces, avec mon épouse et nos cinq enfants.
- Allez les chercher et venez avec moi. »

Aristides de Sousa Mendes les accueille au consulat et lui promet un visa pour lui et sa famille.
Leur espoir est d'arriver à la frontière, de traverser l'Espagne, d'entrer au Portugal et de là, d'embarquer pour l'Amérique, où des membres de leur famille les attendent.
Le rabbin Haïm Kruger
   
Le rabbin Haïm Kruger, 1940-1941. ©Famille de Sousa Mendes

Aristides et Haïm Kruger

Le 12 juin 1940, la rencontre d'Aristides de Sousa Mendes et du rabbin Haïm Kruger, Juif polonais âgé de 37 ans, va jouer un rôle déterminant.
Au fil de longues discussions, une amitié profonde naît entre les deux hommes. Le rabbin Kruger lui demandera de sauver son peuple.
Le 13 juin, Aristides envoie un télégramme à son ministère demandant l’autorisation d’émettre des visas pour le rabbin Kruger, sa famille et 28 autres réfugiés.
La réponse est immédiate et catégorique : « Non ! Ces personnes ne peuvent être admises au Portugal, c'est contraire à la circulaire no14 ».

Le consulat envahi

C'est dans ce chaos que César de Sousa Mendes, neveu d’Aristides en provenance de Pologne, arrive à Bordeaux. Il parvient à rejoindre le consulat du Portugal où il trouve la maison de son oncle envahie d'orphelins, de femmes, de personnes âgées campant dans les nombreuses chambres et dans les bureaux.
Les réfugiés qui campent devant le consulat sont harassés après des jours et des nuits passés dans la rue, dans l'attente d'un éventuel visa distribué au compte-gouttes. Mais il se murmure que le consul est sensible aux demandes qui lui sont faites. Ils attendent, gardés par des soldats français, et ne bougent pas craignant de perdre leur place dans la file d’attente. C'est le seul espoir qui leur reste.

Le désespoir de tous ces réfugiés pour qui il ne peut pas grand-chose, perturbe Aristides tout comme les défaites de la Belgique, pays où il a été si heureux, et de la France qu'il aime tant.

Épuisé, impuissant, Aristides s'alite le 14 juin et reste prostré pendant trois jours.







14, cours Journu-Auber
33000 Bordeaux - France
Agenda des événements du comité Sousa Mendes

Le site Aristides de Sousa Mendes du Père Bernard Rivière


Soutenir le Comité : adhérer, faire un don - Rapports d'activité  - Statuts du Comité - Contacter le Comité - Informations légales - Crédit - Contacter l'administrateur du site
    Lhoumeau.com 2009 2016